ven. Août 12th, 2022
    615bbaabbf489.jpeg

    C’est dans les années trente que les premières versions de la trottinette ont vu le jour. Sa version électrique, récemment mise sur le marché, attire un maximum de conducteurs fascinés. Toutefois, à l’instar des autres types de véhicules, la trottinette électrique répond à une règlementation et des textes de loi. Il y a par exemple la vitesse à ne pas dépasser sur certaines voies, les équipements à avoir obligatoirement et aussi l’homologation. À propos de cette dernière, voici donc comment procéder à l’homologation de votre trottinette électrique.

    Dans quels cas procéder à l’homologation de sa trottinette électrique ?

    Les trottinettes électriques sont des engins à la fois rapides et silencieux. Avant d’envisager une homologation du vôtre, il est important de se référer à son niveau de vitesses. À cet effet, lorsque la trottinette électrique a une vitesse maximale de 25 km/h, elle est systématiquement considérée comme homologuée et conforme aux normes européennes. Il est possible de conduire ce type de véhicule sur des circuits, des parcours et des routes privées. A contrario, si la trottinette électrique dispose d’un moteur de plus de 25 km/h, vous devez entamer la procédure d’homologation. Toutefois, il faut remplir certaines conditions préalables qui y sont liées.

    Les conditions à remplir avant de procéder à l’homologation de sa trottinette électrique

    Pour commencer, il faut souligner que procéder à l’homologation d’une trottinette électrique est devenu une obligation pour tous les propriétaires dont l’engin est en mesure de rouler à une allure de 25 km/h au moins. À cet effet, vous devez vérifier si votre appareil respecte les normes de fabrication applicables dans la zone européenne. En d’autres termes, il faut s’assurer que la trottinette électrique est marquée par le label CE. Cette vérification est cruciale dans la mesure où elle permet de déterminer si l’engin est autorisé à circuler en France. Il est donc recommandé de réclamer un certificat de conformité communautaire à son vendeur pour faciliter la suite du processus d’homologation.

    Les étapes de l’homologation de la trottinette

    L’homologation d’une trottinette se fait en deux étapes.

    Immatriculer sa trottinette électrique

    L’immatriculation de la trottinette électrique est la première étape pour homologuer son moyen de déplacement. Pour cela, le propriétaire de l’engin doit se rendre au ministère de l’Intérieur pour remplir cette formalité. Comme évoqué précédemment, vous devez présenter le certificat de conformité fourni par votre revendeur à l’autorité administrative. En l’absence de ce certificat, la demande d’immatriculation est systématiquement annulée et votre moyen de locomotion est interdit de circulation. Dans le cas contraire, le ministère de l’Intérieur vous délivre un numéro d’identification unique. Il vous revient alors de le fixer sur une plaque qui doit être placée sur une partie fixe et inamovible de la trottinette électrique. La principale règle à observer en ce qui concerne l’inscription du numéro d’immatriculation sur la carte grise, c’est de le fixer en deux lignes de trois caractères.

    Assurer sa trottinette électrique

    La seconde et dernière étape concernant la procédure d’homologation d’une trottinette électronique consiste à assurer l’engin. Considérée au même titre qu’une moto, un quad ou une voiture, la trottinette électrique doit être impérativement assurée. En effet, cela permet de couvrir les dommages corporels et matériels que le propriétaire peut causer à un tiers. Et là encore, il s’agit de la couverture minimum dans la mesure où il peut également opter pour d’autres garanties dans les clauses de son contrat d’assurance trottinette électrique.

    Au nombre des autres solutions envisageables pour une assurance trottinette électrique, il y a la couverture vol par exemple. Toutefois, si êtes déjà protégé par une assurance multirisque habitation, le volet concernant la couverture vol prend effet lorsque votre engin est dérobé à domicile. Pour éviter les doublons, il est recommandé de faire un bilan de toutes les assurances auxquelles vous avez déjà souscrit. Notez que toutes les compagnies d’assurances ne proposent pas d’options de garanties pour la trottinette électrique. Vous devez donc prendre le maximum d’informations avant de souscrire auprès d’un professionnel d’assurance.

    Les équipements de sécurité : un must après l’homologation d’une trottinette électronique

    Avant d’envisager l’utilisation de votre scooter électrique sur une route, il est indispensable de se procurer certains équipements obligatoires. Dans un premier temps, il faut envisager le port du casque. À ce niveau, le casque de vélo est exclusivement proscrit. Vous devez porter votre choix sur celui d’une moto, car il est garant d’un excellent niveau de sécurité. Ne pas l’enfiler lors de la conduite vous expose à des sanctions. Aussi, porter son casque est très important, car les risques de lésions graves au crâne sont élevés en cas d’accidents.

    En outre, il est tout aussi utile de disposer de genouillères. Leur rôle principal consiste à protéger les genoux du conducteur en cas de chute. Il en est de même lorsqu’il s’agit de gants et de vêtements protecteurs. En effet, que ce soit sur une route ou sur les trottoirs, les probabilités d’être victime d’un accident ne sont pas négligeables. C’est la principale raison pour laquelle vous devez vous munir des équipements de sécurité.