lun. Oct 25th, 2021
    615590cc1e6ca.jpeg

    Devenues tendances depuis quelques années, les trottinettes électriques font partie des Engins de Déplacement Personnel Motorisés (EDPM). Bien qu'étant simples d'utilisation, ces engins à moteur ne préservent pas le conducteur des accidents de la route. C'est pour cela que le décret du 23 octobre 2019 et la loi du 8 juillet 2020 prévoient que les conducteurs doivent désormais se munir obligatoirement de certains équipements de protection. De quels équipements s'agît-il en réalité ?

    Les équipements obligatoires

    À compter du 8 juillet 2020, le Code de la route s'est doté d'une nouvelle réglementation. Selon la nouvelle norme, avant d'utiliser des Engins de Déplacement Personnels Motorisés (EDPM), il faut s'assurer qu'ils répondent à des caractéristiques bien précises. Cela concerne particulièrement les gyropodes, les trottinettes électriques, les monoroues, les hoverboards, etc., Ainsi avant toute utilisation, vos trottinettes électriques doivent impérativement être munies d'équipements comme :

    • des feux avant et arrière
    • un avertisseur sonore (klaxon) ;
    • un système de freinage

    L'absence de ces éléments obligatoires est sanctionnée par la loi. Par exemple, la conduite d'une trottinette sans avertisseur sonore est sanctionnée par une amende de 35 €. Toutefois, il existe d'autres équipements obligatoires, à savoir le gilet rétro-réfléchissant la nuit ou en situation de visibilité insuffisante.

    Le port de cet équipement la nuit permet de rester bien visible lorsqu’on roule sur une trottinette électrique afin d’éviter d'éventuels accidents. C'est pourquoi le Code de la route l'a rendue obligatoire pour tout conducteur d'EDPM. On trouve sur le marché des gilets LED qui offrent une double visibilité grâce à une surface hautement réfléchissante. Certains modèles de gilets proposent même des lumières clignotantes visibles à 360° C.

    Autres équipements indispensables

    Bien que certains équipements ne soient pas obligatoires (absence d'obligation légale), ils sont toutefois indispensables.

    Le port de casque

    La loi n'impose pas le port du casque aux conducteurs de trottinette électrique. Cependant, il s'agit de l'un des accessoires de protection les plus importants quand on roule en EDPM. Il vous permet de vous protéger contre d'éventuels accidents de circulation. En ce qui concerne le choix de l'accessoire, un casque de vélo peut parfaitement vous convenir. Cet outil s'est révélé très efficace pour protéger le crâne, le cerveau et le cou du conducteur contre les blessures.

    Le plastron de protection

    Le plastron de protection est un bon moyen pour protéger votre torse des éraflures et diverses contusions. Cet équipement est semblable à une armure rigide souvent conçue avec une coque assez résistante qui protège certaines zones du corps contre les chocs. Il s'agit des coudes, des épaules, du torse et de la colonne vertébrale. Sur le marché, on trouve de nombreux modèles de plastron de protection. Vous pourrez choisir entre les modèles intégraux, réfléchissants et ceux ne disposant pas de manches…

    Les gants et protège-poignets

    Lors des chutes accidentelles ou de trébuchements, certaines parties du corps telles que les avant-bras, les poignets et les mains sont très exposées. Il convient alors de les protéger en portant des équipements adaptés. Pour les mains, il faut porter des gants de protection tandis que les protège-poignets seront parfaits pour les poignets. Ces outils vous protègent non seulement contre les blessures, mais aussi contre le froid et l'abrasion.

    Les genouillères et les coudières

    Les genouillères et les coudières servent à protéger les articulations. Les blessures aux coudes ou aux genoux sont souvent très douloureuses et peuvent laisser des séquelles sur le long terme. C'est pourquoi, il est important de les protéger lors de vos déplacements sur trottinette électrique en portant des genouillères et coudières adaptées.

    Quelles sanctions en cas de non-conformité au port des équipements obligatoires ?

    La loi a prévu les sanctions liées au non-respect des règles établies pour la conduite des trottinettes électriques. Retenez que :

    • l'absence de «freinage efficace» est sanctionnée par une amende de 11 € ;
    • le manque d’éclairage ou d’avertisseur sonore est puni d'une contravention dont le montant est compris entre 35 € et 135 € ;
    • l'excès de vitesse, c'est-à-dire le fait de dépasser les 25 km/h sur la voie publique avec une trottinette non bridée est sanctionné par une amende de 1 500 €.

    À ces sanctions, il faut aussi ajouter l'interdiction de porter des écouteurs ou d'utiliser son téléphone en circulation. Le fait de monter sur une trottinette à plusieurs ou de conduire après avoir consommé excessivement de l'alcool est aussi interdit.

    Autres obligations d'un conducteur de trottinette

    La loi interdit aux enfants de moins de 12 ans de rouler en trottinette. Dans la ville, seule la conduite sur les pistes et bandes cyclables est autorisée. En dehors des agglomérations, vous pouvez vous déplacer sur une trottinette électrique sur les voies vertes et les pistes cyclables.

    Par ailleurs, pour se déplacer avec les EDPM, il est obligatoire de les assurer. Généralement, la trottinette est déjà couverte par l'assurance multirisques habitation du propriétaire. Cependant, au cas où elle ne le serait pas, il faudra souscrire à un contrat responsabilité civile. Pour ce faire, il convient de vous rapprocher de votre assureur pour vous renseigner sur les services qu'il propose. Toutes les compagnies n'ont pas de contrat dédié à la couverture des risques liés aux trottinettes électriques.